3e Edition des 48H de la BD : les 3 et 4 avril 2015.

48h bd 2015

Historique des deux premiers Opus de cette manifestation (2013, 2014)

Le 1er opus : les 5 et 6 avril 2013 :

Il a été lancé à  l’initiative de huit éditeurs (Dargaud, Fluide glacial, Bamboo, Casterman, Le Lombard, Jungle, Grand Angle, et Dupuis), et inspiré du Free Comic Book Day, lancé aux États-Unis en 2002 qui célèbre annuellement la bande dessinée.

Le concept ?  Chaque éditeur met à disposition gratuitement un de leurs titres (en tirage limité à 100 000 BD au total) dans pas moins de 1000 librairies en France. Toute personne peut acquérir gracieusement un de ces titres au choix parmi les 8  proposés, sans obligation d’achat. Les auteurs sont également en dédicace dans les différents établissements partenaires. Cette opération permet aux neophytes de la BD de faire connaissance  avec le 9e art, pour plus si affinités, permet aux libraires de voir leur taux de fréquentation augmenter de manière non négligeable, et d’avoir, à l’instar des professionnels de la BD (auteurs, dessinateurs, éditeurs) un contact privilégié avec les lecteurs. La gratuité de ces BD n’enlève rien à leur qualité car nous avons pu retrouver des titres tels que « Le tueur », « Pascal Brutal » ou encore « Ernest et Rebecca ». Une œuvre de SF aurait pu parfaire la sélection proposée…mais là, c’est purement subjectif!. Lire la suite

Publicités

La BD dans la mélasse…

Quand la société de (sur) consommation touche le 9e art, quand les gens ne prennent plus le temps de découvrir une œuvre, d’en palper la quintessence même, qu’ils veulent tout, tout de suite : un pitch fracassant, clair, concis, facile, « résumable » en 2 lignes, sur un plateau d’argent, pour consommation immédiate – à l’heure du développement de l’usage unique, c’est raccord vous allez me dire…- mais à part consommer vite et en grande quantité, quid de la qualité ? quid de la stimulation intellectuelle ? quid du plaisir de s’approprier une œuvre et de s’immerger dans son univers et son histoire ?

Dans ce monde à grande vitesse, prenons le temps… de prendre le temps.

Pour en savoir plus, très bel article de Jean Christophe Menu  dans la revue n°8 Kaboom, dont vous trouverez un long extrait ci-après:

http://bibliobs.nouvelobs.com/angouleme-2015/20150128.OBS1091/dix-ans-de-platitude-comment-les-gros-editeurs-ont-tue-le-roman-graphique.html